Démo

Combien vous coûte la démotivation au travail ?

7 août 2017 17:36:22

Démotivation au travail.png

 

Dans un célèbre article paru en avril 2015, le quotidien Le Monde tirait la sonnette d’alarme : la démotivation professionnelle ne se contente pas de coûter cher, elle deviendrait aussi de plus en plus difficile à combattre. En effet, ni les augmentations ni les perspectives de carrière semblent aujourd’hui suffire à engager des collaborateurs pourtant performants.

Mais alors, comment détecter la démotivation professionnelle pour éviter d’en payer le prix ?

 

Démotivation professionnelle : un facteur qui vous coûtera cher

 

Les chiffres de l’institut de sondages Gallup sont inquiétants : en 2015, le coût de la démotivation au travail s’élevait à 550 milliards de dollars par an sur le territoire américain.

Et ne vous y trompez pas, la démotivation n’est pas seulement une affaire d’attitude personnelle ou de mauvaise ambiance sur le lieu de travail. Sur le long terme, le désengagement de vos collaborateurs peut entraîner de nombreux dommages collatéraux parmi lesquels :

  • Des performances commerciales en berne ;
  • Des clients mécontents ;
  • La perte de vos meilleurs éléments, qui préféreront certainement travailler sous de meilleurs auspices en cédant aux avances de la concurrence.

 

Comment détecter la démotivation au sein de votre équipe…

 

Pour prévenir la démotivation au sein de votre équipe commerciale, vous devez adopter une attitude d’observation permanente.

Pensez à exploiter les discussions informelles, en dehors des réunions ou des entretiens professionnels, pour vous assurer que vos collaborateurs s’épanouissent au sein de leur équipe et de leur entreprise.

Les symptômes de la démotivation sont difficiles à déceler, car ils peuvent prendre des formes diverses en fonction de la personnalité et des habitudes de chaque collaborateur. Vos commerciaux ne changeront pas de comportement du jour au lendemain, de la même façon qu’ils ne se démotiveront pas d’un coup : il s’agit d’un processus lent et souvent progressif. Vous devez donc être à l’affût des petits changements : des retards inhabituels, un manque de concentration chez un collaborateur réputé pour sa rigueur, un commercial qui se renferme sur lui-même… sont autant de « signaux faibles » auxquels vous devez prêter attention.

Attention : il suffit d’un seul collaborateur démotivé pour désengager l’ensemble d’une équipe. Il est donc essentiel de prévenir la démotivation professionnelle, plutôt que d’avoir à la guérir : voici quelques pistes pour diminuer le coût de la démotivation au sein de votre équipe.

 

Et comment la combattre ?

 

  • Donner plus d’autonomie au collaborateur démotivé

En lui permettant d’aménager ses horaires de travail, par exemple, ou en lui offrant l’opportunité de travailler sur un projet qui l’intéresse. Motiver un collaborateur, c’est aussi savoir lui rendre les rênes pour qu’il puisse gagner en autonomie. De cette façon, vous l’inciterez à prendre des initiatives tout en lui prouvant que vous lui faîtes confiance.

  • L’interroger sur ses motivations profondes

Si vous avez conservé vos notes sur le recrutement du collaborateur démotivé, il est peut-être temps de les sortir du tiroir : pourquoi a-t-il souhaité rejoindre votre entreprise en premier lieu ? Si ce n’est pas le cas, organisez un entretien individuel pour faire le point sur les motivations du commercial démotivé.

Le désengagement peut résulter d’un simple non-dit : à vous de faire parler vos collaborateurs sur ce qui leur donne envie de s’impliquer. Il pourra s’agir d’une augmentation financière, d’un simple changement d’horaires ou d’une réorientation de carrière : une fois le problème correctement identifié, il sera beaucoup plus facile à résoudre.

Charlotte Lesage

Écrit par Charlotte Lesage

KEEP IN TOUCH

       

New Call-to-action