Contact

Mail de prospection : les clés pour des e-mails qui percutent (1/3)

10 nov. 2016 14:00:30

Cet article est le premier d'une série de trois, destinés à vous aider à rédiger un mail de prospection efficace. Il traite de la rédaction d’un objet qui attire le regard et qui incite les prospects à cliquer. Le second s’intéressera au contenu de votre e-mail et dans le dernier, nous vous proposerons une méthode et des exemples d’e-mails qui fonctionnent. Commençons tout de suite par la rédaction de l’objet.

Mail de Prospection

De l’intérêt d’un objet d’e-mail bien rédigé

Le but de l’objet est d’en dire suffisamment pour inciter le prospect à cliquer, sans tout dévoiler. Commençons par rappeler quelques chiffres qu’il faut garder à l’esprit lorsqu’on se lance dans une stratégie d’e-mailing de prospection :

  • Les cadres reçoivent en moyenne 88 e-mails commerciaux par jour
  • Le taux d’ouverture est de plus ou moins 20% pour le B2B

Qui dit mauvais objet, dit pas d’ouverture. Dans ce cas, tout le travail que vous avez fourni pour élaborer le meilleur e-mail de l’histoire de votre entreprise tombe à l’eau. Pour éviter de perdre votre temps (et votre argent), mieux vaut prendre quelques minutes pour réfléchir à la meilleure manière de tourner votre phrase. Un objet peaufiné est l’une des clefs dans la rédaction d’un email de prospection. Afin de le rédiger convenablement, il existe des techniques à appliquer.

Quelles sont les erreurs à éviter ?

Les mots interdits : “Vous être le grand gagnant !” ; “Félicitations X, recevez votre four à pain gratuit”. Voici des exemples parfaits d’e-mails qui arrivent directement dans la corbeille. Les termes comme “Urgent” ou “Gratuit” sont à proscrire.
La ponctuation : devenez un maître dans l’art de la ponctuation, sachez l’utiliser à bonne escient, sans en abuser. Ainsi, un e-mail du type “Mme Schmitt ! Votre newsletter X est arrivée !!!” donne une image beaucoup moins professionnelle que “Mme Schmitt, votre newsletter X est arrivée.”.
Les majuscules : elles ne doivent être mise qu’en début de phrase ou pour un nom propre, c’est ce qu’on nous apprend à l’école. C’est la même chose dans le cadre d’un e-mail de prospection. Évitez les mots en majuscules du type : “RÉDUCTION”, “NOUVEAU”. Certes, la majuscule attire le regard, mais son utilisation rappel les nombreux spams qui envahissent nos boîtes mails.
Les fautes : comme partout, les fautes d’orthographes font tâches. Faire une faute sur seulement 40-50 caractères dresse le portrait d’une entreprise peu consciencieuse et attentive.

Rédiger un objet d’e-mail impeccable : mode d’emploi

Personnalisez votre objet : si vous disposez des coordonnées de vos contact, il faut les utiliser. Nous sommes tous plus attentifs lorsque nous nous sentons concernés. Interpellez un prospect par ses nom et prénom a plus de chance de le faire ouvrir votre e-mail.
Bref mais efficace : un objet ne doit pas dépasser les 50 caractères. 30-40 caractères semble l’idéal pour rester percutant. Pas la peine de vous étaler, vous devez juste inciter le prospect à cliquer.
Restez simple : ne partez pas dans des explications houleuses. L’objet doit dire l’essentiel sans tout révéler. Laissez de côté les phrases d’accroches comme “Présentation de notre offre commerciale”. De qui parle-t-on ? A qui parle-t-on ? Écrivez plutôt “Mme Schmitt, découvrez le catalogue 2016 (nom de l’entreprise)”.
Présentez un bénéfice : si vous connaissez les besoins de vos prospects, proposez-leur un bénéfice dans votre objet. Apportez une valeur ajoutée ! Par exemple : “Nos 10 conseils pour…”

4 exemples d’objet qui fonctionnent :

  • “Avez-vous remporté …? “, “Pensez-vous réussir…?” : interroger votre prospect.
  • “Notre produit X va-t-il vous plaire ?” : attiser la curiosité.
  • “L’hiver arrive, n’oubliez pas de…” : jouer sur la saisonnalité.
  • “80% de nos clients apprécient…” : témoigner de vos réussites.

Et vous ? Quels sont vos secrets pour rédiger un mail de prospection à fort impact ? Partagez vos bonnes pratiques et conseils dans les commentaires !

Quel futur de la vente à l'ère du digital ?

Simon Vandendriessche

Écrit par Simon Vandendriessche

Diplômé de l’Ecole Centrale de Paris, Simon se lance dans l’entreprenariat, passionné par les enjeux de la transformation des organisations. Convaincu que mettre le digital au service de l’humain est un facteur de réussite, Simon co-fonde Incenteev en 2011, première application mobile d’animation et de coaching commercial.

KEEP IN TOUCH

       

New Call-to-action

Articles Récents